DÉFIS POUR LA MODE

Télécharger:

Call for papers

L’année 2021 est une année de défis. Toujours sous l’impact de la pandémie COVID19. Avec les changements politiques et les tensions à travers les continents, on ressent le malaise, mais en même temps, il y a aussi des aspirations à défendre les droits de l’homme, dans différentes cultures et modèles de société. Le modèle de développement durable dans ses composantes fondamentales: sociales, environnementales et économiques devient de plus en plus urgent et nécessaire.

La fermeture des frontières, des espaces publics et des lieux de travail a conduit à une redéfinition de notre mode de vie. La mode est une industrie mondiale, qui avait déjà luté avec de multiples défis:

-D’ordre social, avec la délocalisation de la production et de la fabrication de textiles vers des pays où la législation du travail est moins stricte;
– les défis environnementaux liés à la production – en raison d’une forte proportion de matières premières non recyclées et non biodégradables
– ainsi que la logistique et le transport associés avec leur dépendance aux énergies fossiles, qui ont été encore plus aggravés par la hausse de la consommation en ligne;
– Les défis économiques, dans un monde à deux vitesses, des consommateurs plus consciencieux et moins axés sur la consommation explorant de nouvelles façons d’acquérir et d’utiliser des vêtements et accessoires tels que l’achat d’occasion, la location, l’échange ainsi que les consommateurs avides de nouveauté, ayant un grand accès à l’information, qui continuent à fonder leurs choix sur l’impulsion, la satisfaction personnelle et le désir d’afficher leur statut.

Ces défis sont encore plus évident dans la situation politique, économique et sociale que nous connaissons actuellement.

En cette année de défis, nous vous invitons à participer à la Conférence mondiale de la mode en ligne depuis Varsovie, en Pologne, l’un des pays, où la mode a reflété les changements politiques, économiques et sociaux de manière très frappante.

La Pologne est un pays, situé  entre l’Est et l’Ouest de l’Europe, caractérisé par la particularité d’une monarchie, dont le représentant a été élu, et qui a été dévasté par des conflits pendant plusieurs siècles. En 1795, le territoire polonais était divisé entre l’Autriche, la Prusse et la Russie, au moment même où le système de la mode commençait à émerger en Europe à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. La culture de la mode en Pologne a pu survivre grâce à la production textile nationale et à l’abondance d’artisans bien formés vivant dans les plus grandes villes de Pologne.

Lorsque la Pologne est devenue indépendante après la Première Guerre mondiale, les conditions étaient  réunies pour qu’un système de mode puisse s’épanouir. En 1918, les femmes polonaises ont obtenu le droit de vote. Après la Seconde Guerre mondiale, la mise en œuvre du socialisme, la préférence pour la production et la distribution nationales et l’utopie de personnes unies par le port de l’uniforme n’ont pas détruit la mode. « ModaPolska », une institution d’État, a été créée en 1958 dans le but de concevoir et de produire une mode moderne et attrayante. Le régime espérait que, par son élégance, la mode polonaise se démarquerait en Europe de l’Est et s’imposerait comme une alternative à la mode occidentale.

Et c’est ce qui s’est passé. Cependant, des liens avec la Haute Couture Parisienne existaient. En Pologne, les traductions des publications françaises et est-allemandes étaient censurées, mais publiées, et la créativité était une valeur positive à encourager. Pour cette raison, l’auteur Anna Pelka mentionne que la mode polonaise a eu une influence importante à Berlin-Est et au-delà, puisque les événements de mode ont été promus dans les capitales de la mode occidentale et que de nombreuses femmes appartenant aux élites politiques des nations composant l’Union soviétique ont afflué à Varsovie pour acheter leur garde-robe. C’est dans ce contexte qu’émerge la première école de mode polonaise, à Łódź, étroitement liée à l’Art.

La marque polonaise «Hoffland» pouvait être considérée comme la première marque polonaise de mode rapide et n’était pas en mesure de satisfaire toute la demande; le design de la marque était moderne et les vêtements étaient fabriqués avec des textiles bon marché. Elle a été lancé par la journaliste Barbara Hoff en 1963 et n’a disparu qu’en 2007.

Après 1989, la Pologne est transformée et le monde est également modifié à cause de ce processus de changement. Le mur de Berlin tombe, l’Allemagne est réunifiée, l’Union soviétique se divise et les anciennes frontières culturelles se réaffirment sur une nouvelle carte du monde. Les Polonais, qui ont toujours fait preuve d’une grande ouverture d’esprit et d’une grande créativité, ont assisté à l’apparition de nouvelles marques mondiales dans leur pays. De nombreux investisseurs ont vu en Pologne le potentiel que représentait  des siècles de  tradition du textile, de l’habillement et de la chaussure. Avec le développement d’Internet et, plus tard, l’avènement des réseaux sociaux, tout ce qui s’est passé dans le monde a pu et s’est produit en Pologne.

Cette ouverture a également coïncidé avec l’émergence de préoccupations sociales et environnementales, qui ont conduit à l’élaboration de l’Agenda 21 puis, en 2015, à la hierarchisation des objectifs de développement durable pour 2030.La Pologne reste un pays important où la liberté et la diversité de la mode trouvent des opportunités. Il existe une grande marque de mode rapide LPP, qui comprend de nombreuses marques qui connaissent un succès international dans les pays d’Europe de l’Est et en Russie tout en adoptant un programme durable. La sensibilité au prix est pertinente pour beaucoup, mais il y a aussi des gens qui valorisent la qualité plutôt que la quantité et trouvent des possibilités – entre les nouveaux créateurs, les boutiques vintage et d’occasion et en ligne

– Pour posséder moins de vêtements ou de vêtements échangeables ou recyclables. La Pologne, comme beaucoup d’autres pays, possède ses propres petites marques qui intègrent les valeurs de la mode circulaire, de la communication transparente, et qui attirent des artisans qui ont survécu à des moments difficiles.Une grande créativité pour  se sentir bien et protéger l’environnement. En même temps, les processus créatifs signifient que chaque année, il y a de plus en plus d’exemples d’une approche créative et locale, avec une meilleure compréhension du patrimoine culturel polonais et de ce qu’il pourrait être à l’avenir.Il y a de plus en plus d’écoles de mode qui ouvrent leurs portes, mais seuls quelques collèges universitaires publics proposent des études dans le domaine de la mode – principalement en design de la mode. L’unité Mode du Département de Design de l’Académie des Beaux-Arts de l’Université de Varsovie – collaborant à l’organisation et accueillant la présente édition du GFC – a ouvert ses portes il y a à peine 10 ans, bien que l’Académie ait été créée en 1812. L’équipe internationale de l’Académie vise à éduquer de petits groupes d’étudiants à travers une relation de proximité et une approche individuelle afin de favoriser l’épanouissement de chaque étudiant. Un travail considérable est investi pour faire connaître l’histoire de la mode, son lien avec la culture et le marché, en gardant à l’esprit la pensée du design et une approche critique et constructive.Le programme Arts est solide, la créativité étant considérée comme cruciale.

Néanmoins, l’éducation dans les différents domaines de la mode est impératif, car seul un groupe relativement restreint d’experts polonais étudie et analyse la mode au niveau académique.Il y a également une prise de conscience croissante que l’éducation de la mode doit commencer beaucoup plus tôt car la mode est liée à l’identité de l’individu et a un impact sur la société et pas seulement sur le travail des designers ou des fabricants. Comme le montrent les éditions précédentes de GFC, un tel besoin existe probablement presque partout dans le monde. En Pologne, comme ailleurs, il existe encore un écart important qui doit être comblé entre la théorie et la pratique de la durabilité. 

Peut-on trouver un meilleur endroit pour une discussion et une réflexion internationales sur les défis auxquels la mode est actuellement confrontée?

Nous invitons des chercheurs du monde universitaire, de l’industrie et des professionnels du monde de la mode à participer à la conférence  GFC2021. L’objectif principal de la conférence est de construire une communauté de professionnels qui partagent et échangent des connaissances et des expériences de nature multidisciplinaire. Pour cette raison, toutes les contributions de la communauté scientifique et de l’industrie, provenant de différentes branches de connaissances et de perspectives sont les bienvenues.

Toutes les contributions doivent être des travaux originaux qui n’ont pas été précédemment présentés ou publiés. Les propositions peuvent prendre la forme de présentations ou de travaux en cours, d’articles scientifiques, de projets innovants créés par des entreprises ou des pépinières d’entreprises, de travaux photographiques ou vidéo, ainsi que des ateliers pédagogiques ou de démonstration. Pour chacun de ces types de participation, le modèle approprié à utiliser se trouve ci-dessous sur le site Web de la conférence: www.gfc-conference.eu. 

La langue utilisée lors de la conférence est l’anglais. En ce qui concerne la publication, l’utilisation de l’anglais est également requise, bien que d’autres langues puissent être envisagées à l’avenir.

La première proposition à présenter consiste en un résumé ou un storyboard structuré (pour des travaux photographiques ou vidéo) avec un thème clairement identifiable pour le projet / titre, des références scientifiques aux études précédentes, la proposition de recherche développée et les résultats obtenus / conclusions. Les progrès qui incluent déjà des résultats préliminaires peuvent être soumis. Le nombre de mots et d’images définis doit être indiqué sur chacun des modèles spécifiques – disponibles sur le site Web de la conférence – en fonction du type de travail à présenter, afin que les soumissions puissent être acceptées pour examen.

 

Toutes les soumissions doivent être faites au format Word (permettant de supprimer  l’identification de l’auteur, permettant ainsi une évaluation en double aveugle) à l’adresse e-mail: globalfashionconference@gmail.com

À PROPOS DE L’APPEL 2021

Les propositions doivent être liées à un ou plusieurs des quatre thèmes mentionnés ci-dessous:

1. Les défis dans le contexte économique actuel

– De nouvelles formes de communication pendant la période où les solutions conventionnelles comme les événements de mode et les défilés de mode sont devenues impossibles à organiser;
– Distribution internationale dans la nouvelle réalité;
– De nouvelles approches pour garantir des réponses rapides, des options pour des clients plus «consciencieux»;
– Repenser les stratégies de production et de commercialisation;
– Approche stratégique du risque de récession sur les marchés émergents, d’instabilité géopolitique et de tensions commerciales;
– Nouveau style de vie post-pandémique et demande / besoin d’une nouvelle offre de mode;
– Croissance lente et économie circulaire;
– Intégration des modes de production et de distribution.

2. Les défis de la production de mode durable

– Ressources et résultats pour l’innovation et le développement technologique;
– Adoption de l’innovation au sein de l’industrie – de la solution à petite échelle à la solution à grande échelle;
– La signification et les expressions de la mode sur mesure, de la mode lente, de la mode artisanale, de la mode locale, de la mode équitable;
– Les règles juridiques pour les producteurs et les consommateurs: lobbying, mise en œuvre, convergence d’intentions;
– Solutions circulaires pour les vêtements produits en série et pour les marques de luxe;
– Une seconde vie pour les produits: seconde main, vintage, groupes d’échange et changement et production d’une autre modèle avec les mêmes tissus ;
– Codes de conduite et rapports de durabilité;
– La défense des droits de l’homme, les organisations et manifestations pro-environnementales contribuent à une production et une consommation responsables ?

3. Les défis de la mode locale dans le monde global

– Expérience et inspiration locales. Besoins et demandes internationales;
– Législation et pratiques locales par rapport aux accords internationaux;
– Promotion efficace de la «mode pour la mode locale»;
– Identité, expression du «soi» et de la mode;
– L’histoire et le patrimoine locaux comme source de solutions créatives de mode;
– Artisanat et mode dans un monde global;
– Tradition vestimentaire, appropriation sociale et culturelle et (ré) appropriation;
– Diversité et inclusion;
– Respect de l’humanité et des médias sociaux et de l’actualité de la mode.

4. Les défis pour l’enseignement de la mode

– Utilisation de cours et d’ateliers en ligne – nécessité temporaire non souhaité ou solution à long terme?
– Besoin de compétences et d’ateliers artistiques, ainsi que d’une approche commerciale et technologique – complémentaire? Ou des approches distinctes?
– Les ressources matérielles et immatérielles des études de mode et leur rôle dans l’enseignement de la mode – politiques publique et privées, héritages de connaissances manuelles et archives orales;
– Liberté et contrainte des cours de mode et de l’enseignement au sein des institutions académiques;
– Propriété intellectuelle dans la mode;
– Dialogues sur la technologie et le design;
– L’éducation des plus jeunes générations.

D’autres propositions peuvent être acceptées lorsqu’elles ont une relation avec les thémes du congrés.

 

Agata Rudnikca-Reichel

University of Łódź – Poland

Agata Szydłowska

Academy of Fine Arts in Warsaw – Poland

Agata Zborowska

IKP – University of Warsaw – Poland

Agnieszka Rożnowska-Jasiewicz

Academy of Fine Arts in Warsaw – Poland

Aleksandra Jatczak-Repeć

Academy of Fine Arts in Warsaw – Poland

Anna Klimczak

Polish-Japanese Academy of Information Technology – Poland

Bogna Dowigałło

University of Gdańsk – Poland

Carlos M. Rodriguez

World Bank & Delaware University – USA

Cláudio Magalhães

Lab Design, NEXT, PUC – Rio de Janeiro – Brazil

Clemens Thornquist

School of Textiles – University of Böras – Sweden

Damien Delille

Université Lyon 2 – France

Dominique Jacomet

IFM – Institut Français de la Mode – Paris – France

Derry Connolly

JP Catholic University – USA

Elaine Ritch

Glasgow Caledonian University – Scotland – UK

Eleni Mouratidou

Université – Paris Nord – France

Ewa Letkiewicz

UMCS – Lublin – Poland

Isabel Cantista

Universidade Lusíada Norte – Portugal

Lylian Berlin

ESPM – Brazil

Małgorzata Wrześniak

UKSW – Warsaw – Poland

Marcin Barburski

Łódź – Politechnika Łódźka – Poland

Marco Pedroni

University of Ferrara – Italy

Rita Salvado

UBI – Portugal

Rui Miguel

UBI – Portugal

Silvia Pérez Bou

ISEM/ Architecture School Univ. Navarra – Spain

Teresa Sádaba

ISEM Fashion Business School – Spain

Ulla Ræbild

Design School Kolding – Denmark

Veronica Manlow

Brooklyn Colllege of the City University of New York – USA

Katarzyna Podgórska-Glonti

University of Poznań – Poland

Kirsi Niinimaki

Aalto University – Finland

Agnieszka Rożnowska-Jasiewicz – Artiste / Professeur associé, Vice-doyenne – Département de la mode – Faculté de design – Académie des Beaux-Arts – Université de Varsovie – Pologne

Aleksandra Jatczak – Maître de conférences et chercheuse en histoire de la mode / Professeur assistant – Département de la mode – Faculté de design – Académie des Beaux-Arts – Université de Varsovie – Pologne
KirsiNiinimäki – Professeur associé Design and Fashion Design / chef d’équipe Mode / textile Future, School of Arts, Design and Architecture – Aalto University – Finlande

Isabel Cantista – Professeur Associé Innovation & Marketing / Chercheur COMEGI – Universidade Lusíada Norte – Porto – Portugal

Pelka, A. 2014. Z [politycznym] fasonem. Moda młodzieżowa w PRL i NRDen anglaisDans la mode [politique]. Les tendances de la jeunesse en Pologne communiste et en Allemagne de l’Est, référencées dans https://culture.pl/en/article/politics-and-fashion-in-a-communist-poland 22.02.2021

GLOBAL FASHION CONFERENCE

RESEARCH AWARDS 2021

The Global Fashion Conference has decided to award two prizes as from the 2020 edition. One of these is intended to acknowledge and reward the best research paper or project in the area of sustainable fashion, while the other prize seeks to acknowledge and reward the best research paper or project in the area of innovation in luxury and fashion. A special mention to a research made in one of these topics or any other topic may also be granted by the jury.

In each edition, an independent jury comprised of representatives from Academia, Industry, NGDOs and Fashion Communication will decide on the assignment of these prizes.

Carlos Brito is Professor of Marketing at the University of Porto, President of the Observatory of Port Wine, Vice-President of the Portuguese Management Association, Board Member of APCER Brazil, Member of the Superior Council of Futebol Clube do Porto, Member of the Strategic Board of Turismo do Porto e Norte, Member of the Advisory Boards of COTEC Portugal, SEDES, INOV.ORG, APCER, Sigma and Essência Completa.

From 2011 to 2018, he was Pro-Rector of the University of Porto for the area of Innovation and Entrepreneurship and Director of UPTEC – Science and Technology Park of the University of Porto.

Carlos Brito graduated in Economics (University of Porto), has an MBA (NOVA University) and a PhD in Marketing (Lancaster University, UK). He has complementary education in the United States with the programmes Entrepreneurship & Innovation at Babson College (Boston) and the Education Leadership at Case Western University (Cleveland).


Lucas Delattre

Chargé des enseignements liés à la communication, aux médias et au digital à l’Institut Français de la Mode, Lucas Delattre est ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm, 1985, histoire), et titulaire d’un Mastère Spécialisé Médias et Communication à l’ESCP Europe (1989).

Journaliste et correspondant de presse en Allemagne à partir de 1989 et jusqu’en 1997 (journal Le Monde).

Journaliste au service étranger du Monde à Paris (1997-2001).

Rédacteur en chef adjoint du Monde des Débats (2001). Responsable du bureau de Paris du Conseil de l’Europe (2002-2005). De 2006 à 2015 : responsable de la communication à l’Institut Français de la Mode.

Auteur de Une envie de politique, entretiens avec Dany Cohn-Bendit et Guy Herzlich (La Découverte, 1998), et de Fritz Kolbe, un espion au cœur du IIIe Reich (Denoël, 2003).


Tahani Kaldéus is Head-Research & Development at Re:NewCell AB.

Tahani holds a PhD in Fibre and Polymer Science from KTH Royal Institute of Technology in Stockholm, MSc. in Chemical Engineering/Polymer Technology from KTH Royal Institute of Technology in Stockholm and BSc. in Chemical Engineering from Mälardalen University.

Prior to joining Renewcell she spent five years conducting fundamental cellulose-based research, focusing on replacing fossil-based materials with renewable wood-based alternatives. Tahani holds a M.Sc. in Chemical Engineering as well as a Ph.D. in Fibre and Polymer Science from KTH Royal Institute of Technology, Stockholm, Sweden.

Tahani Kaldéus holds 24,475 shares in Re:NewCell AB. Founded by innovators from Stockholm’s KTH Royal Institute of Technology in 2012, Re:NewCell AB (publ) (‘Renewcell’) is a multi-award-winning sustaintech company based in Sweden. The company’s vision is to inspire an Industrial Evolution to a sustainable world by producing high quality materials from recycled textiles.

Through its patented process, Renewcell is able to upcycle cellulosic textile waste, such as cotton clothes, transforming it into a pristine new material called Circulose®. Customers use it to make biodegradable virgin quality viscose or lyocell textile fibers. Fast Company name Renewcell as one of the World’s Most Innovative Companies 2021. Circulose® was also included on TIME Magazine’s list of the 100 Best Inventions 2020.

The prize will consist of the attribution of an opportunity to publish in a journal with a high impact factor, or a book sponsored by the Global Fashion Conference with the authors maintaining all rights over the text. The prizes will be awarded at a public ceremony disseminated in the international press. Additional benefits for Authors may be added.

DATES & MODÈLES

Soumission des résumés structurés: du 15 mars au 25 juin 2021

Commentaires des évaluateurs: avril / mai / juin / juillet 2021

Documents complets dus: 30 septembre 2021

Publication des actes de la conférence: 30 octobre 2021